2 oct. 2016

Thank you, milords



Bonjour tout le monde !


La dernière fois que je vous ai parlé séries, c'était pour vous présenter la meilleure de toutes à mes yeux : Sherlock.  ( dans cet article, si vous voulez aller voir. ) J'y avais rapidement mentionné "Downton Abbey", en vous promettant incessamment sous peu ( j'aime bien utiliser des expressions bizarres, je sais ) un article dédié à celle qui a été pendant longtemps ( jusqu'à ce que je découvre Sherlock, en fait ) ma référence absolue. Eh bien ce jour est arrivé !

Prêts pour un petit séjour dans le temps ?


"Avril 1912. Dans la campagne Anglaise, le comte de Grantham vient d'apprendre que son héritier, qui devait arriver à New York dans quelques jours, est décédé lors du naufrage du Titanic. Père de trois filles, il doit impérativement trouver un descendant mâle pour son domaine chéri, l'imposante Downton Abbey et ses environs. En se perdant dans l'arbre généalogique de la famille, il découvre que le seul prétendant possible à sa succession n'est qu'un cousin éloigné, petit bourgeois qui plus est. Et il sait bien que Mary, sa fille aînée, qui doit épouser le futur héritier, n'acceptera jamais un tel retournement de situation..."

  Je n'ai fait qu'un résumé très rapide de la série, puisqu'en vérité, même si l'intrigue de départ est bien celle que je viens d'écrire, le scénario se déroule sur plusieurs années, à peu près jusqu'en 1930 il me semble. C'est d'ailleurs la première chose que j'ai apprécié dans cette série : on suit à travers les âges et le point de vue d'une famille de Lords les grands événements historiques anglais et mondiaux, tels que l'indépendance de l'Irlande, la première guerre mondiale ou la révolution industrielle. Bien documentée et très fidèle, Downton Abbey  nous apprend un tas de choses sur l'ordre hiérarchique britannique du XXème siècle ou sur la condition des domestiques de cette époque. 
  Deuxième point que je veux préciser : si dans le résumé je pas uniquement de la vie de la famille du comte, la série n'est pas entièrement axée sur eux : on suit aussi les hauts et les bas de la vie de leurs femmes et valets de chambre, de pied, du majordome et de la gouvernante, ainsi que de la cuisinière et de son aide. Parce que travailler dans un château, ce n'est pas aussi ennuyeux qu'on pourrait le croire, écouter les potins que s'échange tout ce petit monde sur leurs maîtres et entre eux, c'est une de mes parties préférées des épisodes.
  Une autre particularité que j'adore, c'est la bande-son. Pour moi qui aime la musique, la piste du générique d'une série c'est très important : sa signature musicale, le truc qui va vous rester dans la tête et que vous allez chantonner en saoulant tout le monde... Autant que ça sonne bien quoi. Ça tombe bien : je suis tombée amoureuse du générique de Downton Abbey.  Pourtant rien de bien original, pas comme celle de Sherlock par exemple, mais je ne sais pas, quelque-chose qui me touche sans que je sache bien pourquoi... l'ensemble violon-piano m'a toujours donné des frissons. Allez, je vous le met juste en dessous, c'est cadeau !

  
  
  C'est un détail, mais je dois avouer qu'il fait peut-être la différence : les personnages ne sont pas parfaits. Ils ont tous des qualités, des défauts, des choses qui feront que vous les aimerez ou détesterez selon les épisodes. Ils n'ont pas un physique parfait, ne font pas toujours les bons choix, ont des regrets mais font face à la vie. Bref, ils sont humains. Et ça, c'est tellement un changement par rapport aux séries américaines avec les filles aux brushings impeccables et les mecs aux tablettes de chocolat que ça m'a réellement frappé. On se sent proche d'eux, pareils, et ça fait du bien de ne pas se sentir un peu complexée je dois dire. 

  Mais tout ça, même si ça joue, ce n'est pas la raison principale de mon amour pour le domaine de l'Abbey. Si cette série compte autant pour moi, c'est véritablement pour les émotions et les moments qu'elle m'a fait vivre. Alors, pour toutes les fois, où, le menton tremblant, j'ai lutté de toutes mes forces pour ne pas pleurer ( en vain ) toute seule devant mon ordi, toutes les fois où j'ai hurlé sur la télé, ameutant toute la maison, parce qu'il se passait telle ou telle chose, pour les soirées avachies sur le canapé avec ma maman d'amour à s'abrutir devant la saison 6, pour les conversations instagram à débattre de tel ou tel personnage avec mes amies, pour les échanges de fanart sur ces mêmes conversations, pour ces moments d'extase absolue quand j'appuyais sur le bouton "play" et que les premières notes du génériques s’égrainaient, pour m'avoir fait partir dans un autre monde où j'ai aimé, haï, rit, fondu en larmes :

Thank you, milords.

  

crédit photo : pinterest
crédit vidéo : youtube

Billets doux :

  1. ok mon loulou là je suis OBLIGE de commencer la série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue j'ai pensé à toi quand j'ai rédigé l'article ;)
      Bisous.

      Supprimer
  2. Il faudra que je regarde cette série un jour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de t'avoir donné envie d'essayer !
      Bisous.

      Supprimer